La date de lancement du télescope spatial James Webb glisse à nouveau

Conformément aux informations du mois dernier, la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) ont confirmé que la date de lancement du télescope spatial James Webb n’aura pas lieu le 31 octobre comme prévu précédemment.

Selon les commentaires faits cette semaine par Beatriz Romero, directrice des services de lancement du télescope, et rapportés par Ars Technica, trois problèmes particuliers sont apparus, ce qui signifie que la date de lancement du télescope va encore reculer.

Premièrement, l’organisation de l’expédition du télescope du Johnson Space Center à Houston, au Texas, au site de lancement en Guyane française prend plus de temps que prévu. Le trajet du Texas à la Guyane française est d’environ 3 200 milles, et le satellite voyagera par voie maritime. Mais il n’a toujours pas été emballé dans un conteneur d’expédition, ce qui ne devrait pas arriver avant août au plus tôt.

Deuxièmement, la fusée Ariane 5, le cheval de bataille d’Arianespace, qui transportera le télescope spatial James Webb dans l’espace, a un problème avec son carénage – la section au sommet de la fusée qui abrite des charges utiles. Les ingénieurs ont diagnostiqué et résolu le problème, mais deux lancements d’Ariane 5 qui testeront le correctif doivent avoir lieu avant le lancement du télescope.

Troisièmement, comme tant d’installations, le port spatial de Guyane française a vu ses opérations ralenties par la pandémie de coronavirus, et il est bien sûr difficile de prévoir comment le taux d’infection pourrait affecter la situation dans les mois à venir.

Alors, quand le télescope spatial le plus puissant jamais construit sera-t-il enfin lancé ? Il semble que le retard cette fois-ci ne sera pas trop long, l’équipe espérant le voir enfin quitter la Terre en novembre ou décembre. L’équipe prévoit d’annoncer une nouvelle date de lancement vers la fin de l’été ou au début de l’automne.

Lorsqu’il atteindra finalement son orbite cible dans quelques mois, le télescope spatial James Webb assumera un certain nombre de tâches, notamment l’étude de mondes potentiellement habitables, la recherche de la lumière des premières galaxies qui se sont formées dans l’univers primitif et la collecte de données pour nous aider à mieux comprendre les origines de l’univers et notre place dans celui-ci.

Le télescope se distingue par son magnifique miroir doré de 6,5 mètres de diamètre, composé de 18 segments hexagonaux, qui lui permettra de scruter l’espace lointain. Tout aussi impressionnant est le pare-soleil du miroir, qui a à peu près la taille d’un court de tennis. Chaque composant est beaucoup trop gros pour tenir dans le carénage d’une fusée, donc les deux seront pliés pour le voyage dans l’espace et se déplieront automatiquement après le déploiement.

Le télescope spatial James Webb est le résultat d’une collaboration internationale entre la NASA, l’ESA et l’Agence spatiale canadienne. Son lancement était initialement prévu en 2007, mais divers problèmes en cours de route ont causé de nombreux retards.

Malgré ce plus récent contretemps, l’équipe semble confiante que le télescope atteindra l’espace cette année.

Recommandations des éditeurs



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Main Menu